Mon travail avec les Chevaux ou l’équi-coaching

Nous vivons bien souvent à côté de nous-même ou nous passons à côté de nos vies. On nous propose souvent du réalignement, de la méditation, une reconnexion à soi, de la pleine conscience.

Mais concrètement, comment passer d’un mode mental à un mode plus conscient? Comment vivre une vie et mener des projets plus alignés? Quand on parle d’alignement, on met en évidence une cohérence entre ce que l’on pense ou souhaite, ce que l’on ressent, ce que l’on met en œuvre en vue d’atteindre nos objectifs. Cependant, dans nos sociétés occidentales et en particulier dans la sphère professionnelle, on élabore généralement et on met en œuvre des stratégies en se basant uniquement sur un raisonnement logique.


Or, nous avons plusieurs sièges d’intelligence et nous sommes tous dotés d’intuition. Le succès se trouve à l’intersection ou à l’intégration des différentes dimensions de l’expérience humaine.

Retrouver la reconnexion à Soi

Nous évoluons dans des sociétés où le raisonnement, la logique, le mental prédominent. Nous dépassons régulièrement nos limites pour cadrer aux attentes, aux croyances sans nous douter un instant que ce qui nous semblait être vertueux pourrait bien générer une perte de vue de nos propres priorités et objectifs.
Combien de fois ne se force-t-on pas à faire quelque chose, à accepter tel travail, telle corvée, à écouter telle personne franchement et ouvertement abusive, à prendre une position basse face à quelqu’un qui nous impressionne, pas parce qu’on en a l’envie, mais parce que « ça se fait », qu’ « il n’y a pas le choix » et, parce qu’ « après tout, ce n’est pas si grave? », …


On fait même absolument tout pour ne pas écouter cette petite voix qui nous prévient que quelque chose ne nous va pas et qui ne manquera pas de nous dire après coup « je le savais »… On se censure par conformisme ou loyauté, avant même de comprendre l’utilité d’un ressenti, son message et l’appel à l’action qu’il implique de notre part.

Un Cheval comme miroir et pour coach

Si nous pouvons observer que nous avons tous tendance à nier nos émotions désagréables au point de persister dans des situations inadaptées, voire dangereuses pour notre santé, comment parvenir à reconnecter avec ce qui a été honnis pendant des siècles de culture et d’éducation essentiellement fondées sur le mental? Comment déconditionner ce qui nous caractérise à ce point?

« Un changement profond requiert une modification des façons de penser, sentir et agir très enracinées en nous »

Daniel Goleman

Pour changer, il ne suffit pas de le décider et d’attendre un miracle. Nous devons réapprendre à ressentir et à nous écouter, … sauf que quand on ne sait pas comment faire, on est plutôt démuni. C’est là où le cheval entre en scène dans le cadre d’accompagnements thérapeutiques, de coaching ou de systémique. Il permet d’amorcer la prise de conscience et de trouver l’action adaptée car il est en connexion directe avec le non-verbal et l’état émotionnel d’une personne. Il révélera de manière immédiate et sans jugement l’état global de celle-ci face à une question, un projet ou un blocage.

L’ émotion est une clé de compréhension de notre rapport au monde

S’il est possible de se censurer facilement, il est tout autant envisageable de faire abstraction de notre difficulté à éprouver de la colère, de la peur, de la tristesse, de la vulnérabilité, de la frustration et de prendre à la place une toute autre attitude; celle de les accueillir sans vouloir les changer.
On va parfois « le sentir » et parfois pas du tout, ça n’a rien d’une affabulation; ce sont les manifestations de mécanismes de perception émotionnelle relayés par la psychologie et les neurosciences. Nous avons effectivement plusieurs sièges d’intelligence, nous parlons de plus en plus de deuxième voire de troisième cerveau.

Gérer nos émotions, c’est réconcilier et non plus opposer, ce que l’on pense et ce que l’on ressent pour agir d’une manière adaptée

On confond hélas trop souvent dimension émotionnelle et faiblesse. On la relègue à des aspects secondaires et peu « sérieux » de nos vies. On la censure ainsi dans nos rapports privés et on la sort carrément de la sphère professionnelle. Parler émotions au boulot? Quelle idée grotesque dirons certains, quel manque de self-control et de maturité, dirons d’autres. Et pourtant, ce sont bien les émotions tues, les « sois fort•e » et « sois parfait•e », qui sont au cœur de bon nombre de maladies et de risques psychosociaux. On tient le coup dans la vie et au travail, au mépris de nous-même, jusqu’à parfois craquer et … tomber malade.

Si nous prenions pleinement toute la mesure que ce sont effectivement les émotions qui vont nous dire sans détour si une situation, une personne nous convient ou pas, quel espace de compréhension, de liberté et d’action serait alors retrouvé!


Un émotionnel bien géré _ et non pas nié _ nous permet effectivement de vivre des expériences alignées avec qui nous sommes vraiment et d’interagir de manière constructive et adulte avec autrui. Notre succès ne dépend dès lors en aucune manière de notre capacité à tenir le coup dans des situations inadaptées pour nous.

La congruence comme clé du succès

Comme le cheval nous permet de travailler en situation et en miroir avec les personnes ou les groupes sans aucun filtre (social ou personnel) ni d’attente, on va directement cerner ce qui se passe et activer les bons leviers au changement.
On va pouvoir retrouver de la cohérence et de la congruence car quand on coache avec un cheval, on travaille simultanément au niveau de la pensée, du ressenti, du ou de(s) système(s).

La « voie » du Cheval

Travailler avec un Cheval au bien-être implique au point de vue systémique, éthique, éthologique et écologique d’opter pour un horsemanship éthique impeccable assurant le respect des besoins physiologiques et sociaux des chevaux dans la lignée du travail remarquable qui a été développé par Linda Kohanov.


Nul simulacre, ni contraintes, les chevaux ne sont pas des outils mais des partenaires qui interagissent exclusivement en liberté et à égalité avec un coach ou thérapeute humain qui s’est formé à l’accompagnement humain certes, mais avec cette exigence de congruence face à sa propre posture lorsqu’il aura a eu à cœur de développer une relation authentique et fiable avec ses chevaux.
C’est par ce travail sans concession sur soi que tout commence, tout se renouvelle et l’initiation proposée à d’autres.


En nous faisant voyager à travers les divers niveaux de notre expérience, le Cheval thérapeute ou coach permet de nous reconnecter à notre humanité et notre nature personnelle.

En pratique

Les séances d’équi-coaching peuvent être individuelles ou pratiquées en équipe. CE N’EST PAS EQUESTRE, ON NE MONTE PAS A CHEVAL ET IL N’EST PAS NECESSAIRE DE CONNAITRE LES CHEVAUX. C’est une activité d’extérieur qui convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants, ainsi qu’aux adolescents.

On travaille en équi-coaching les mêmes problématiques que celles que l’on travaille en développement personnel, en coaching d’entreprise ou d’équipe ou en systémique avec cette particularité que grâce à la présence des chevaux, la manière de travailler est affinée par l’effet miroir obtenu par le Cheval.

Grâce à une approche innovante qui combine outils de coaching, systémique, neurosciences, pleine conscience, l’équi-coaching va permettre de retrouver de la cohérence et de la congruence car on travaille simultanément au niveau de la pensée, du ressenti, du ou de(s) système(s).  Ce qui en fait une forme très aboutie et intégrée d’accompagnement des personnes et des groupes.

On se sent serein et plus performant. On a envie de passer plus de temps dans la nature, de proposer cela à son équipe, à son compagnon, sa compagne, sa mère. On se réconcilie avec soi; on retrouve du sens; de la confiance en soi et un mieux-être; de fluidité, de la cohérence; de l’implication et de la performance en groupe; du charisme et du succès; et parfois on veut même se mettre à fréquenter des écuries voire même  à acheter un cheval … 

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Retrouvez également cette approche et notamment mon éthique de travail avec le cheval, dans une interview accordée à moncheval.net

%d blogueurs aiment cette page :