Si vous êtes sur ce blog, vous êtes probablement intéressés par le développement personnel ou le coaching. Vous êtes également probablement abonnés à des pages Facebook, des fils d’actualité qui vont vous parler d’accomplissement de soi, de projets, de gestion émotionnelle.

Dans mon fil d’actualités de ce jour, je tombe sur une annonce sponsorisée qui vend une méthode de « libération » émotionnelle pour en gros mater nos émotions afin qu’elles ne nous détournent plus de nos objectifs de départ. Tout se passe comme si d’un côté, nous avions une pensée nécessairement vertueuse et productive et, de l’autre, des émotions porteuse d’un pathos terrifiant et paralysant.

Mais cachez-moi donc cet affect

Les émotions sont souvent perçues comme un problème à éradiquer. Notre réflexe qui est socialement encouragé et intégré depuis notre prime jeunesse consiste bien souvent à rejeter notre vécu émotionnel, à le nier tout simplement et à nous dissocier car … la tête, elle, sait mieux et, dans le fond c’est bien connu, chacun d’entre nous détient La clé de La Vérité nécessairement objective et rationnelle car ne dépendant en aucune manière de croyances et de peurs qui nous sont propres….

Zéro recul et objectifs contraints

Obnubilés par des standards de comportements à atteindre en n’écoutant que notre tête et nos croyances liées à la réussite, le succès, le bonheur, la libération (!) même, nous prenons le risque de nous fixer des objectifs reposant essentiellement sur une contrainte personnelle et sociale incarnées dans des « il faut », « je dois », « je suis trop » et qui ne signifient rien d’autre que « je ne suis pas assez », « je ne vaux rien (ou pas grand chose) » ou encore « je devrais être quelqu’un d’autre ».

Dissociation, rejet, devenir un•e autre personne pour être heureux•se. Devenir tout le monde et personne à la fois et enfin (!) « cadrer à » sont autant d’ingrédients qui risquent de dégénérer en burn-out, en dépression et à la perte de soi.

Une histoire de petite voix et de faire entendre la sienne

Combien de fois ne se force-t-on pas à faire quelque chose, à accepter tel travail, telle corvée, à écouter telle personne franchement et ouvertement abusive, à prendre une position basse face à quelqu’un qui nous impressionne, pas parce qu’on en a l’envie, mais parce que « ça se fait », qu’ « il n’y a pas le choix »et, parce qu’ « après tout, ce n’est pas si grave? », … On fait même absolument tout pour ne pas écouter cette petite voix qui nous prévient que quelque chose ne nous va pas et qui ne manquera pas de nous dire après coup « je le savais »,…

À l’inverse, combien de fois devons-nous également constater non sans envie (ou jalousie même), que d’autres personnes semblent plus à l’aise en société non pas parce qu’elles se forcent mieux que d’autres ou qu’elles ont une résistance hors du commun, mais bien parce qu’elles parviennent à prendre en compte leur ressenti et à communiquer dessus de telle manière à influencer positivement leur expérience d’un environnement donné et à faire changer les choses – vraiment – en leur faveur.

L’émotion est une clé de compréhension et d’appropriation de notre rapport au monde et des équilibres en présence

Si le temps d’un instant vous faisiez abstraction de votre difficulté à éprouver de la colère, de la peur, de la tristesse, de la vulnérabilité, de la frustration et qu’à la place vous preniez les choses sous un tout autre angle? Si vous preniez pleinement toute la mesure que ce sont effectivement les émotions qui vont vous dire sans détour si une situation, une personne vous convient ou pas? Et qu’elles sont là dans votre propre intérêt? Imaginez ce qu’il se passerait alors, imaginez entrer dans un rôle plus actif et plus adulte dans votre vie.

Nous avons effectivement plusieurs sièges d’intelligence, nous parlons de plus en plus de deuxième voire de troisième cerveau, alors pourquoi se priver d’accéder à des trésors d’informations qui nous sont accessibles à priori presque sans efforts? 

Il ne s’agit pas de nous laisser gouverner par nos émotions, mais d’apprendre à les gérer avec l’intelligence qui nous permettra de prendre une action adaptée à ce qu’elles nous indiquent face à des personnes et dans un environnement donnés. De saisir le message qu’elles contiennent et d’agir sur le monde et dans nos relations en fonction de celui-ci.

L’émotion (e-movere) implique effectivement bien un mouvement, une action.

Prendre nos émotions au sérieux, c’est réconcilier et non plus opposer ce que l’on pense et ce que l’on ressent pour agir d’une manière adaptée 

Un émotionnel bien géré _  et non pas  nié _ nous permet de vivre des expériences alignées avec qui nous sommes vraiment et d’interagir de manière constructive et adulte avec autrui. Notre succès ne dépend dès lors en aucune manière de notre capacité à tenir le coup dans des situations inadaptées pour nous.

Quand vous serez tenté de réfréner ce que vousressentez, changez de réflexe, respirez, sondez et prenez attitude en conscience et dans la bienveillance.

Pour continuer votre réflexion:

Une conférence Brené Brown sur la vulnérabilité

Une vidéo claire et humoristique sur les émotions

Pour les plus petits et les grands d’ailleurs une BD pour réapprendre ce que ce sont les émotions

 

Prendre sa place. Trouver sa place… En projetant d’écrire un article de blog, je tombe sur un brouillon qui a bien un an… et qui est intitulé « Prendre sa place, une injonction aux multiples facettes ». 

La question de la « juste » place est tout à fait primordiale pour moi. Place dans ma famille d’origine, place à l’école, place dans les duos amoureux, place parmi les autres, place en tant que mère, place en tant qu’ (ex)épouse, place sur un marché, se muer en place forte ou laisser place à … je crois bien avoir consacré mes presque quarante années d’existence en grande partie à observer, analyser, rectifier des questions de place. 

Aujourd’hui, j’aide même les personnes et les organisations à trouver, prendre, organiser, défendre leur place… et j’adore! 

Oui, la place est un moteur, parfois un frein pour moi, tant elle est harassante, passionnante et passionnée, douloureuse et énergique, profondément humaine avec toute l’imperfection et le deuil de la perfection que cela implique… et avec la nécessaire acceptation que nous avons tous une place parmi les autres, qu’on le recherche ou non. 

So what? 

Ceci étant posé, il n’en demeure pas moins que quand se pose une question de place, de flou total, de blocage et d’immobilisme, cela peut générer de la vraie détresse. 

Je suis certaine qu’il vous est déjà arrivé de déployer une énergie folle dans un projet de vie (un couple, une relation avec l’un de vos proches) ou professionnel (se lancer ou une fonction qui vous questionne beaucoup – ou trop- ou beaucoup trop) et de constater que celui-ci persiste à stagner. 

Vous en parlez autour de vous et vous allez même parfois payer pour vous faire conseiller et rien n’y fait. Vous êtes même parfois encore plus mal qu’auparavant car ce qui peut se produire à l’ère des nombrils est un genre d’audit de vos actions à votre échelle individuelle avec au final un verdict: si vous en êtes en là, c’est de votre faute par une sorte de mécanisme magic-ô combien- simplificateur. 

Tout mettre sur le terrain de la responsabilité individuelle et s’en tenir à cela, est non seulement réducteur, mais aussi pernicieux 

L’écueil majeur d’une démarche de  coaching ou de développement personnel que l’on pourrait qualifier de « classique » quand elle est mal comprise, serait de considérer les individus comme étant responsables de ce qu’ils vivent en faisant abstraction des systèmes dans lesquelles ils évoluent, des conditions socio-économiques dans lesquelles ils ont vu le jour, se déploient ou peinent à se déployer. 

Cela ferait du coaching une démarche pour nantis qui se gaussent de bien maîtriser la loi de l’attraction et qui vont même jusqu’à détourner des notions de spiritualité ou de karma pour justifier l’injustice, les disparités, le manque de fondamental, de fondamentaux, de sécurité et pour ne pas rougir non plus de leur statut de privilégiés. 

Il faut travailler sur soi, certes, sur ses peurs, ses croyances, oser un peu plus,… mais parfois ce n’est pas suffisant et la problématique que l’on vit s’inscrit dans le continuum ou la reproduction d’un schéma qui nous transcende nous et notre échelle individuelle. 

C’est là qu’intervient la systémique qui va précisément s’intéresser aux systèmes de relations qui existent au sein des familles, des groupes, des entreprises pour reconnaître et rééquilibrer ce qui doit l’être. 

Si vous souhaitez en connaître d’avantage, je vous invite à lire mon article sur le sujet. 

Changer de regard sied donc tout autant à la personne qui cherche, qu’à celui qui l’aide à se diriger 

Petit retour en arrière. 

Il y a donc un an, époque de mon « brouillon », je venais de rebouger mon cheval de prairie après plus d’un an de recherches (trois en réalité si je compte à partir de l’acquisition de mon premier cheval) , … j’avais enfin trouvé (!), le lieu, la colocataire à priori idéale. 

Je venais aussi d’acheter mon deuxième cheval et j’étais portée par l’espoir et l’énergie des commencements. J’allais entreprendre plein de choses avec mes chevaux. Sauf que… Après trois mois de « cohabitation » avec ladite colocataire, le rêve s’est rapidement transformé en cauchemar tant pour moi que pour elle et j’avais pris la décision de partir.  

J’étais donc repartie pour un tour de recherches interminables. Mon fil facebook me le rappelle même quotidiennement ces derniers jours en affichant dans mes « souvenirs » mes posts d’alors en mode « recherche prairie désespérément ». Waw, c’était difficile. 

Je me voyais telle Sisyphe avec son rocher entamer son inlassable ascension pour mieux chuter. J’ai visité plein de lieux, rencontré plein de personnes, sans que cela ne colle. Je me prenais la tête, c’était horrible, c’était devenu une obsession. Il fallait que je parte, car je n’allais même plus voir mes chevaux en étant détendue et ouverte. 

Et puis, j’ai lâché prise. Mais vraiment. J’étais épuisée et désespérée. J’ai aussi cessé de faire profil bas et j’ai pris ma place dans cette prairie comme le faisait ma colocataire. Sans agressivité, juste en étant pleinement là. 

C’est alors que l’inattendu se produisit. La situation s’est débloquée non pas par mon départ,  mais par celui de ma colocataire qui a trouvé un lieu et des personnes qui lui correspondaient d’avantage. 

Amusant, non?

« Il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous » 

Au même moment, j’étais en passe de terminer ma formation en coaching systémique. Ce fut évidemment l’occasion de travailler sur mon système, d’y prendre ma « juste » place, de consteller et de faire bouger beaucoup de choses. 

Avec le recul, il est évident que cet épisode de recherche de prairie était une difficulté systémique. Qu’est-ce que cet épisode dit de moi, de mes schémas de fuite, de prise de place. L’avais-je trouvée et n’osais-je pas la prendre? Quand et dans quel système ai-je pris le cas échéant l’habitude de partir quand ça ne me convient pas ? Etc. On peut multiplier les questions sans y répondre, c’est le cheminement qui importe pour le propos. 

J’aime la systémique car elle est holistique et qu’elle ouvre des possibilités infiniment plus grandes qu’une perception et une volonté strictement auto-centrée. Et qu’elle produit du résultat. 

Si ça vous parle, que vous vous sentez appelés à consteller quelque chose, n’hésitez pas à participer à l’un de mes ateliers systémiques thématiques : deux sont déjà programmés l’un sur le féminin, l’autre sur l’argent. 

Ou bien si vous souhaitez creuser une question qui vous est propre, n’hésitez pas à prendre rdv avec moi pour du coaching ou une constellation systémiques. En effet, si vous avez besoin de changement car vous expérimentez un blocage, des répétitions, que vous occupez systématiquement le même rôle (au travail, dans votre vie amoureuse, dans votre famille) et que ça ne vous convient pas, que vous n’avez pas la sensation de vivre votre vie à vous et que vous avez déjà tenté plein de choses sans que cela ne fonctionne, il se peut que vous soyez dans une problématique systémique qui vous dépasse tout simplement. 

Formée au coaching et au coaching systémique facilités par les chevaux, j’anime des constellations selon la méthode de Bert Hellinger et celle du cheval miroir de HorSense. 

Pour toutes vos questions et prises de rdv c’est par ici. 

L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs.

Diana Van Oudenhoven

Voici  un nouvel article sur mon blog Bright Stripes: les #RH et ce que l’on peut ressentir quand on ne rentre pas dans le moule. 

Si vous souhaitez partager votre vécu avec moi et que je vous interviewe même de manière anonyme, n’hésitez pas à me contacter. Je vais continuer mon #blabla sur le sujet

Bonne lecture 

Diana

https://www.yourbrightstripes.com/blog/rh-trop-ou-pas-assez-de-blabla

Qu’est-ce que quelques séances d’équi-coaching avec moi peuvent vous apporter? Passer de la réassurance à l’assurance. 

L’équi-coaching est un métier et un accompagnement qui attire généralement les passionnés de chevaux. Sans son ou ses chevaux, l’équi-coach n’est pas. Sans son ou ses chevaux, il n’aura pas lui-même développé ses propres atouts, son style de leadership et reconnecté à ses émotions. 

Si j’aime effectivement animer une réunion, un atelier ou une formation, c’est carrément encore autre chose quand j’ai deux voire trois chevaux dans mon équipe qui vous permettent de vous  questionner sans détours pour vous faire avancer pour de bon. 

Sans interaction avec des chevaux (libres), l’accompagnement n’a pas cette touche si particulière qui nous plonge dans votre essence, dans ce que nous ne nous disons pas ou plus depuis des années, dans cette permission instantanée que nous avions parfois bannie avec force et honte (ou la force de la honte d’ailleurs) et qui revient à nous – celle d’Être véritablement – dans cette perception immédiate de contact avec l’infini. La magie de l’instant présent, la magie qui s’opère quand on se fraie un chemin hors de notre zone de confort ou de notre jardinet clôturé pour bien contenir ce qui nous fait suer. 

Dit comme ça, cela semble lyrique, ça l’est assurément si on a l’âme poète; toujours est-il que c’est aussi et surtout puissant et il convient de s’attarder sur quelques termes choisis parsemés dans les lignes qui précèdent: instant présent, émotions, permission, Être, honte, instantanée, zone de confort. 

Quand on « accède »- « sort de »- « évolue » c’est évident, on respire, on Est, on se retrouve, on renaît, on se permet de faire des projets qui nous ressemblent, on met du sens, on se sent bien. 

Mais avant cela, pour « accéder »- « sortir de » – « évoluer » de manière congruente, il s’agira de sortir step by step de mécanismes de protection qui ont la dent dure ou une peau de saurien préhistorique en connexion directe avec votre cerveau reptilien : vos peurs. Il va donc falloir travailler pour y parvenir et maintenir l’effort sur quelques séances. 

Les chevaux ne jugent ni ne mentent pas. S’ils vous reflètent dans votre intégralité, ils parleront donc aussi de vous dans votre intégralité. 

On ne va donc pas en séance d’équi-coaching pour câliner un cheval, profiter du paysage et être tenu par la main par un coach humain. On y va pour travailler, pour se débarrasser de couches qui ne nous servent plus et parce qu’on est prêt à évoluer sur une période de quelques semaines. 

L’équi-coaching est un accompagnement au changement, au développement personnel et parce qu’il est conçu avec les chevaux, il est d’une précision et d’une intensité inaccessibles autrement. 

Quand vous venez à la rencontre des chevaux, vous allez à la rencontre de vous-même dans l’agréable et le moins agréable… mais pour le meilleur par la suite dans l’assurance nouvelle que vous octroierez alors comme permissions et pas dans la réassurance de qui vous (des)sert comme certitudes. 

Pour mieux comprendre comment tout cela fonctionne, je vous invite à lire quelques lignes sur mon approche  

Si vous êtes curieux, venez participer à l’un ou l’autre atelier de développement personnel facilité par les chevaux: c’est une découverte plus douce et en collectif: les prochains thèmes d’ateliers sont: les mamans, le féminin, notre rapport à l’argent

Si vous êtes prêt à travailler sur vous-même et à prendre votre envol, cela passe alors par un rdv

Au plaisir de vous rencontrer, 

Diana Van Oudenhoven 

Coach de vie professionnelle et équi-coach certifiée 

“La vie, c’est ça, un kaléidoscope de sentiments et de circonstances où ni la peine ni la joie ne durent une éternité ou une journée, où tout est perpétuel changement, où le regard est trompeur, où les désirs se dissimulent, où le bien et le mal vous poursuivent, où les gens vous déconcertent, où la chance vous trouve ou vous évite, et où les rêves se confondent, presque toujours, avec la réalité”

Elsa Punset

Mon parcours

D’aussi loin que je m’en souvienne, la vie a souvent rimé pour moi avec un sentiment de non appartenance, une sorte de décalage et un bon lot de croyances limitantes, de certitudes, et un mental en surchauffe prêt à chauffer, à s’adapter ou à se rebeller et à aller de l’avant, coûte que coûte.  

C’est avec cette énergie-là que j’ai donc abordé ma relation au monde, aux autres, à mes parents, à mes études, mes premiers jobs, jusqu’à mon mariage … 

C’est finalement dans le cadre de mon activité professionnelle dans le conseil, la consultance et le coaching que j’ai pu réapprendre à être moi avec authenticité. 

Oser être moi et prendre toute la mesure de ce que mon sentiment de décalage m’a permis de développer comme compétences-clés: une perception aigüe, détecter les failles, les dysfonctionnements, les enjeux cachés, poser la (trop) bonne question pour ensuite proposer quelque chose qui sort du lot.

Ce quelque chose, c’est une intégration de connaissances cognitives et également de ce que l’on peut nommer intelligence émotionnelle, intuition, empathie et hypersensibilité dans mon cas.

Je le faisais très bien au boulot, mais je m’étais au fil des ans complètement déconnectée de mes besoins, de qui j’étais au-delà de mon mental. 

Jusqu’il y a peu, j’avais fait le deuil d’avoir une vie épanouie au niveau privé. J’avais fait le choix de la résignation personnelle, tout en continuant à chercher un ailleurs, un autre chose dans le travail, les formations, la prise de responsabilités.

Mais ça, c’était avant d’avoir des enfants et de retourner aux chevaux. 

« Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection » Carl Gustav Jung 

Nous vivons dans l’illusion de la perfection, de la dualité, de la conviction profonde que nous devons être dans une attitude positive, ressentir de la joie en permanence, accéder au bonheur de manière lisse, sans heurts, sans remise en question fondamentale et évoluer de préférence dans des balises, des réponses toutes faites en oubliant bien vite qu’elles sont subjectives et par définition imparfaites.

Je ne vais pas vous refaire le mythe de la caverne, encore qu’on gagnerait du temps, de l’énergie et de l’argent à citer Platon dans une salle de réunion, sur les bancs de l’ecole primaire, lors d’un repas de famille ou dans une formation de manager …

On a beau se former et théoriser sur le management, la gestion d’équipe, le développement personnel, la communication, l’art des relations humaines et de la relation apaisée à soi ne s’apprend pas dans les livres (de recettes), ni en-dehors de qui nous sommes dans notre singularité et notre individualité profondes.

Avoir le courage d’être humain 

Renouer avec l’ensemble de nos potentiels, dans toutes les dimensions de notre être (cognitif, émotionnel, corporel, spirituel) est une condition essentielle à l’épanouissement individuel et collectif. 

Pour y parvenir, seule une approche suffisamment agile et intégrée pour pouvoir changer, tout en ne cherchant pas à devenir quelqu’un d’autre a pu me convaincre.

Cette approche fut pour moi celle de l’équi-coaching ou du coaching équin dans le cadre duquel la présence d’un cheval (libre ! Et non contraint) permet de refléter et donc de révéler une personne dans son entièreté, alors même qu’elle ne se rend pas précisément compte de ce qu’elle vit et de ce qui lui convient vraiment en-dehors de son mental, ses croyances et ses attentes. 

Where the magic happens

L’équi-coaching a sonné pour moi comme une possibilité de retourner à l’authentique et à l’essentiel pour moi d’abord et puis pour les personnes et les groupes que j’accompagne.

C’est un nouveau rapport au monde qui comme un kaléidoscope, permet avec une touche de magie de changer de perspective; de contempler une situation, une personne, dans son ombre et sa lumière simplement en en changeant l’angle de vision et en initiant un mouvement. Mouvement caractéristique du monde des émotions et du cœur et qui aide à trouver par soi-même les moyens de poursuivre des objectifs de manière authentique et alignée.

Les individus et les groupes reconnectent à leur humanité et à un mieux-être grâce au Cheval. 

Nous avons le plaisir de réorganiser une deuxième édition de notre atelier entièrement dédié au féminin et à la libération de notre féminin. 

Se libérer de soi, ses croyances, ses carcans familiaux, ses peurs et accéder à un bien-être, une bienveillance, une connexion à soi, à l’autre, au monde, grâce à l’expression corporelle et artistique, la pleine conscience, les chevaux, la systémique, l’équi-coaching sans AUCUN pré-requis. 

« Être femme », cette simple expression renvoie à plein de choses : la femme ou les femmes, ce qu’on attend de nous, ce qu’on se met en tête, notre rapport à notre féminin, ce que cela signifie pour nous, … La féminité, s’aimer, déployer ses ailes, être libre ou en avoir besoin ou envie … être femme et oser être soi, être femme et oser diriger sa vie, son projet professionnel et y être épanouie. 

C’est aussi se souvenir de la place de la femme dans nos systèmes familiaux, culturels, au travail, … de ce que nous transportons parfois bien malgré nous et qui nous vient de notre mère, de nos grands-mères, des hommes et des couples qui font qu’aujourd’hui nous sommes là et nous en sommes là … 

Cet atelier est un atelier qui travaille sur la mémoire, les émotions, les projets, les rapports humains. Ce qui coince et il va débloquer dans le partage et le bienveillance ce qui doit être dit et reconnu et ce qui n’attend que votre authenticité pour se déployer. 

Nous commencerons par de l’expression corporelle pour accéder et libérer les émotions au niveau corporel. 

Pour les plus rétives, ce n’est pas technique , c’est la plupart du temps les yeux fermés et c’est dans une telle atmosphère de partage et de bienveillance que sortir de sa zone de confort est à la portée de toutes. 

Nous poursuivrons avec un lunch sous la forme d’une auberge espagnole. 

L’après-midi nous travaillerons à libérer votre lignée féminine grâce à de la systémique et des constellations facilitées par la présence de chevaux coachs. Ce n’est pas équestre. On ne monte pas à cheval. Le cheval se fera miroir de votre ressenti, de notre inconscient collectif, de ce que nous avons dans nos bagages. 

Curieuse, tentée, un appel, un e-mail, un mp … les inscriptions sont ouvertes !!! 

Prix : 90 euros + 10 euros de frais de location 

Lieu : Lasne route de la Marache 

Co-voiturage possible à partir de Watermael-Boitsfort ou de Villers-La-Ville 

Pour faire comprendre mon métier, comprendre ce qui s’y passe et ce que ça permet de trouver ou de retrouver, des mots-clés ne suffisent pas. 

Scander des « développement personnel », « confiance en soi » « gestion des émotions », « leadership », « assertivité », etc . permet de comprendre sur quoi on travaille et ce qu’on obtient, mais il reste la question du « comment » on y arrive et cette description-là est très compliquée … Parce que ce qui s’y passe, dépasse les mots et la clé s’y trouve bien au-delà. 

Ce qui se passe est intime et personnalisé à souhait car les interactions avec le cheval dès l’instant où vous vous connectez à lui, ne concernent que vous, ne parlent que de vous et vous trouverez une solution qui ne sera bonne que pour vous aussi d’ailleurs. 

Je pourrais vous parler d’intelligence émotionnelle ou de neurosciences pour vous l’expliquer, j’ai choisi un autre biais. Sachez cependant que ce sont notamment elles qui permettent d’expliquer la magie qui s’opère (avec des chevaux libres et non contraints!) lors d’une séance d’équi-coaching, l’effet miroir du cheval à l’état émotionnel et le travail sur votre degré de congruence quand vous agissez en vue d’obtenir un résultat. 

Je ne peux évidemment pas parler de ce que mes clients vivent durant une séance. Peut-être que même eux auraient de la difficulté à le formuler de manière précise. Le faut-il d’ailleurs ? Oui, ne fut-ce que pour convaincre de la pertinence d’oser faire ce premier pas seul ou en groupe vers un inconnu de 500kg dont la seule évocation génère bien souvent idées préconçues, peurs, espoirs, attirance, rires de joie ou de nervosité, appréhension, souvenirs, mémoires,…  

Certains ont eu l’envie de partager sous la forme de témoignages ce qu’ils ont vécu au niveau personnel ou en équipe en passant quelques heures chez Kaleid’HorseCoop, merci à eux ! https://kaleidhorsecoop.wordpress.com/testimonial/  

Pour ma part, je partage tout au plus les thèmes qui ont été abordés pour faire comprendre que nous vivons tous des moments plus ou moins questionnants tout au long de notre vie, cela nous montre que nous sommes en évolution constante car nous sommes vivants (!) et que l’équi-coaching est avant tout du coaching. On travaille par son biais tout type de question que l’on travaillerait en coaching « classique » avec ceci de particulier que grâce au miroir du cheval et au questionnement du bipède qui l’accompagne, on s’améliore de manière instantanée, durable et alignée en quelques séances seulement. 

Puisque je ne vais pas parler de mes clients, je vais un peu parler de moi. Ce qui me permettra aussi par la même occasion de répondre aux questions qui me parviennent parfois et qui pointent un besoin de comprendre ce que je fais « exactement ». Je fais exactement beaucoup de choses et toutes ces choses ont au moins trois points communs qui sont aussi des valeurs qui m’animent: l’humain, l’authentique, le cœur (et avec cœur). 

Ceux qui me connaissent du monde de l’entreprise et du travail, connaissent probablement une partie de moi plutot mentale, stratège et engagée. 

Une partie de moi que je ne renie évidemment pas car elle très utile, mais elle ne suffit clairement pas quand on se retrouve à gérer de l’humain, une équipe ou encore quand on recherche une vie plus alignée. 

Quand j’ai commencé à me former au métier d’équi-coach, je l’ai fait avec un côté cartésien, « fort » « déterminé » avec des projections mentales du genre « ça va être super, je vais progresser en me focalisant sur mes forces », tout en ayant en arrière plan des blessures et des vulnérabilités que je ne voulais plus voir.

J’étais persuadée d’avoir « réglé » tout « ça » il y a bien longtemps et quand on est sur d’avoir réglé quelque chose on veut rarement y revenir … pourtant ma vie était insatisfaisante sur bien des plans, insatisfaction tout de suite tempérée par le fait que c’était comme cela « pour beaucoup, pour la majorité», j’avais donc fais le choix de la fatalité et de plus espérer pourvoir un jour être fondamentalement en paix avec moi-même. 

Mais ça, c’était avant d’avoir mon premier cheval qui arriva quelques mois plus tard et qui m’a sérieusement sortie de ma zone de confort. 

Après tout, l’éducation et la vie elle-même ne nous enseigne-t-elle de tenir bon, de serrer les dents, de s’adapter un maximum au mépris de ses propres besoins, de considérer la tête et le mental comme « forts » et les émotions (et leur expression!) comme une faiblesse, de se dissocier en somme jusqu’à ce que … le château de cartes ou de sable – choisissez ce qui vous plaira en fonction de votre humeur du moment – s’effondre. Il suffit d’un coup de vent, qu’on vous pousse, ou qu’on vous submerge ou que vous vous laissiez submerger par le regard de l’autre et ses attentes et c’en est fini. 

Quand on travaille avec un cheval, ou quand on prend la décision d’avoir un cheval, il perçoit nos vulnérabilités sans les juger, peu importe nos discours, nos attentes, notre capacité d’adaptation, l’épaisseur de notre carapace ou de notre faux self, en quelques secondes il nous cerne, interagit avec notre être le plus fondamental et nous permet de gérer correctement nos émotions. Sans les taire, sans s’y confondre. On renoue ainsi avec l’essentiel. Qu’on le veuille ou non. 

Quelques formations et deux chevaux plus tard, je suis parvenue à faire sauter des barrières mentales et à rouvrir le cœur pour m’autoriser à être authentique. À exprimer les choses, poser des choix parfois douloureux mais salvateurs. De faire le tri dans mes relations, de remettre du sens, d’arrêter de porter des choses qui ne m’appartiennent pas ou d’être fidèle à des croyances limitantes, d’avancer en lâchant prise. 

Je ne suis pas parvenue seule à changer de cap et je ne crois pas qu’un accompagnement basé sur le seul échange d’idées et la discussion m’aurait permis d’accepter la vulnérabilité comme faisant pleinement partie de la vie et de la réussite, … les seuls qui m’ont obligée à changer, sont ces êtres pour qui l’authenticité est la condition du lien car elle génère la confiance et la sécurité dans la relation. 

La cavalière est devenue coach qui travaille avec des chevaux en liberté. La consultante en management facilite en leadership personnel et la coach parle certes objectifs et de manière SMART mais questionne le cœur et le projet de vie car elle est entre-temps devenue équi-coach. 

Tout cela fait partie d’un tout très cohérent qui s’enrichit et qui me permet de proposer des accompagnements plus précis et plus authentiques en piste comme dans un bureau tout simplement parce que j’intègre une compréhension fine de l’intelligence émotionnelle et de la systémique à ma pratique en entreprise et que j’ai mes outils d’analyse et de stratégie à portée de main en piste. 

Ma vie n’est pas toujours telle que je me l’étais imaginée il y a peu, mais je suis devenue moi-même avec des outils qui surprennent, qui sortent du cadre et qui innovent pour le meilleur ! 

Diana Van Oudenhoven 

Le 3 mars on parlera de féminin à l’occasion de notre atelier « Dragons, Licornes & Papillons »; une petite lecture de circonstances donc.

Kaleid’HorseCoop Coaching Holistique

Certains épisodes de vie inspirent des articles, certains coachings aussi. Au centre de la thématique, il est question de la femme, des femmes, de moi, du féminin …

Être « femme »

Elle est intelligente, sensible, prise à un certain nombre de questionnements existentiels et prend un rendez-vous pour l’aider à y voir plus clair. On passe tout en revue: son environnement de vie et professionnel, ses ambitions, ses valeurs, ses croyances, … pour arriver à la fameuse mission de vie. 

Des qualités elle en a des tas. Des croyances limitantes tout autant. Des diktats qui lui imposent d’être parfaite, de n’être que lumière, mais sans trop briller. D’être limitée en somme et de troquer son individualité pour une base inspirée par d’autres, par d’autres vies, par des peurs qui ne lui appartiennent pas, mais qu’elle a fini par faire siennes. 

Ce coaching lui a permis de trouver sa voie, mais aussi de…

Voir l’article original 489 mots de plus

L’atelier se déroule la semaine prochaine. Une occasion de découvrir ou de revivre ces instants magiques.

Kaleid’HorseCoop Coaching Holistique

Vous arrivez le matin, il est 9 heures. C’est samedi, au programme : pas de courses, vous allez prendre du temps pour vous… Du « temps pour vous» ça fait des siècles que vous ne vous le permettez plus ou vous ne connaissez pas ce concept, parce qu’il y a toujours quelqu’un derrière vous pour vous dire qu’il faut … obéir, se taire, être sérieux, gérer, se calmer.

Il est 9 heures et vous venez de vous garer ou de co-voiturer jusque Lasne. Qu’est-ce qui vous a donc pris? Vous vous apprêtez à vivre une journée un peu spéciale dans la nature (« tiens est-ce que ça caille pas un peu ? et puis au fond on s’en fiche») avec des chevaux et deux nanas , l’une équi-coach, l’autre praticienne shiatsu. Il paraît qu’elles sont chouettes.

Vous testez, ce n’est qu’une demie-journée au fond. L’esprit revagabonde comme pour…

Voir l’article original 556 mots de plus

Vous arrivez le matin, il est 9 heures. C’est samedi, au programme : pas de courses, vous allez prendre du temps pour vous… Du « temps pour vous» ça fait des siècles que vous ne vous le permettez plus ou vous ne connaissez pas ce concept, parce qu’il y a toujours quelqu’un derrière vous pour vous dire qu’il faut … obéir, se taire, être sérieux, gérer, se calmer.

Il est 9 heures et vous venez de vous garer ou de co-voiturer jusque Lasne. Qu’est-ce qui vous a donc pris? Vous vous apprêtez à vivre une journée un peu spéciale dans la nature (« tiens est-ce que ça caille pas un peu ? et puis au fond on s’en fiche») avec des chevaux et deux nanas , l’une équi-coach, l’autre praticienne shiatsu. Il paraît qu’elles sont chouettes.

Vous testez, ce n’est qu’une demie-journée au fond. L’esprit revagabonde comme pour se rassurer avant de faire le premier pas. La route était magnifique. Il est tôt. Il n’y a pas de bruit. Vous avez même croisé une buse en chemin. Vous vous apprêtez à entrer dans une jolie bâtisse blanche. Au moment d’ouvrir la grille , vous scrutez du regard où peuvent bien se trouver les deux organisatrices. Vous ne connaissez pas grand monde, peut-être même juste via FB … et voilà que votre petite voix intérieure vous rappelle que vous appréhendez les nouveaux groupes. Mais vous n’êtes pas un cas isolé.

Autour d’un café ou d’un thé vous commencez à entrer dans le groupe, à sentir les gens… L’atelier commence dans quelques minutes et même si vous n’avez pas tout saisi, vous savez que vous deviez être là.

reconnexiona soi

L’Atelier « Reconnexion à soi grâce au cheval » est un atelier de développement personnel facilité par le cheval qui a été imaginé et développé par Kaleid’HorseCoop et Passerelle vers le monde animal. Notre formule combine pleine conscience, shiatsu et équi-coaching.
Prochaine date: le 2 février 2019 de 9h15 à 18h à Lasne.

Notre atelier se déroule sur une journée, ou plutôt sur 2 demi-journées consécutives; ce qui vous laissera la possibilité de participer le matin, l’après-midi ou la journée entière selon vos besoins et vos envies… et pour nos anciens participants, de revenir nous voir le cas échéant.  Au sortir de cette journée, vous aurez des outils de compréhension, de reconnexion, de communication et de gestion de votre ressenti et de vos émotions pour vous permettre de vous accepter entièrement, de (re)prendre votre place et de communiquer dans la fluidité. C’est ouvert à TOUS , c’est NON EQUESTRE, il s’agit d’un ATELIER RELATIONNEL !

👉PROGRAMME:

Une base commune et puis de la déclinaison personnelle au choix :

✨Nous commencerons la journée autour du thème « être soi au sein du troupeau ». Retrouver sa véritable nature dans un troupeau de chevaux en liberté lors d’une demi-journée de découvertes sur soi, le cheval dans un rapport qui n’est pas du tout équestre, le rapport à l’autre et au groupe et repartir avec une connaissance autre qui a pu faire émerger un soi authentique et aligné.

✨Nous poursuivrons le travail sur nous-même lors d’un accompagnement individuel (le jour même ou ultérieurement):

– soit à l’occasion d’une constellation systémique ou d’un coaching de groupe: le thème sera choisi par les personnes du groupe qui auront le souhait consteller quelque chose qui aura fait sens lors de leur matinée d’atelier;
– soit en équi-coaching (relationnel) ou systémique individuel;
– soit lors d’une séance de shiatsu pour vous ou votre cheval ou d’accompagnement relationnel avec votre cheval.

👉FORMULES:

ATELIER D’UNE DEMI-JOURNÉE: 70 euros par participant pour la demi-journée en troupeau dont 60 pour l’atelier et 10 de location des locaux.
✨L’ATELIER + COACHING DE GROUPE OU UNE CONSTELLATION: 70 euros + 100 euros à se partager par le nombre de participants à l’animation collective
✨L’ATELIER + une séance d’équi-coaching INDIVIDUELLE ou une constellation pour une question personnelle: 160 euros par participant
✨L’ATELIER + l’accompagnement relationnel avec son propre cheval ou une séance de shiatsu humain ou équin (majorés le cas échéant de frais de déplacement): 150 euros par participant

Boissons et collations offertesLunch sous la forme d’une auberge espagnole
(pensez au végétariens ;-)).

👉 INFOS

kaleidhorsecoop@gmail.com