On me demande souvent d’expliquer ce qu’est l’ #équicoaching .

Une discipline de #coaching où on coache avec un #cheval en liberté en vue de travailler avec les personnes ou les groupes de la manière la plus complète possible grâce à ce que reflète le cheval de leur état émotionnel et inconscient.

Il y a des #outils qu’on mobilise issus du #management, de la #psychologie, de la #systémique, du coaching et puis et surtout il y a ce rapport inouï au cheval qui fait la beauté et la consistance de ce métier.

C’est par là que tout commence et que beaucoup se joue pour moi dans l’accompagnement. Dans cette #symbiose avec l’ #animal qui résultera du travail sur soi qu’aura fait le coach au contact des chevaux et qui nécessite #confiance et #leadership.

Pour plus d’information:

https://kaleidhorsecoop.com/equi-coaching-2/

Accueillir le Mystère

La Magie est partout … Dès que l’on dépasse nos rôles, qu’on laisse tomber les masques et que le cœur, l’ouverture et la poésie retrouvent leur place pour enchanter notre quotidien.

S’émerveiller du vol d’un oiseau, des yeux d’un enfant qui pétillent, de la musique qui transporte l’âme, de la force de l’arbre, de la délicatesse d’une mèche de cheveu, de la majesté d’un ciel étoilé, de l’odeur qui réalisera le prodige de nous plonger quinze ans en arrière ou qui nous surprendra à sentir comme la présence d’une personne aimée, … Ressentir la grandeur des paysages sauvages, ou la justesse d’une citation qui nous prend aux tripes, vivre ces moments où l’émotion se lit sur le visage, déceler des formes qui habillent et animent les arbres ou les nuages, profiter de la chaleur d’un repas entre amis, s’autoriser la beauté pure de ce que notre vision du monde nous inspire…

Dans cette danse de l’essence qui nous pousse à …. cet essentiel qui donne le sel à la vie, à l’envie d’être soi, à n’être « que » soi et oser l’être « pour de vrai » comme l’artisan et l’alchimiste de qui nous sommes ….

Parvenir à se réaliser, se transformer, transmuter l’ombre, les croyances, les blocages qui nous limitent pour accéder à notre être authentique ou fondamental ….

Avoir le courage d’initier le changement

Voir différemment les choses, sortir à son rythme de sa zone de confort et comprendre ce qu’on doit activer en soi pour changer et obtenir ce qu’on souhaite dans la vie. Loin des croyances limitantes, des excellentes mauvaises excuses, on se donne l’opportunité de vivre sa légende personnelle, son projet professionnel, sa vie.

Dans ma vie de tous les jours, on me dit souvent qu’on souhaite une vie différente, un autre monde, un autre boulot, d’autres types de relations, autre chose dans son mariage, sans envisager une seule seconde que nous sommes aussi responsables de notre vision du Monde, de notre rapport à l’Autre et qu’il ne sont que le reflet de notre propre rapport à Soi. Dans la minute qui suit la décision de changer vient alors l’hésitation, on saute, ou on ne saute pas? Entre les deux on s’invente des histoires, des croyances, on sabote et on se rassure à coups de tout le monde n’a pas le courage de …

Mais … quand sous le soleil ou sous la bise, un cheval s’avance vers nous, se couche, pose son nez sur notre cœur et nous partage sa connaissance du monde, il est surtout question d’évidence dont jaillira le courage car dans ce souffle on renaît, … dans ce souffle on nous parle immanquablement de nous, car il vient réveiller l’âme un jour et pour toujours en nous faisant embarquer, tel Pégase, pour le plus beau des voyages, celui où on se découvre et où on laisse son empreinte dans l’Univers.

Nous contacter.

Aujourd’hui est une journée d’adieu à une ancienne vie, à ce qui aurait pu/dû être une belle histoire, à cette ancienne moi qui pouvait parfois s’encroûter longtemps dans de vains espoirs.

Aujourd’hui est à la fois triste, beau, en spirale, en stagnation et en mouvement, surprenant, …

Et aujourd’hui encore, je suis allée à la rencontre des chevaux, le moral dans les talons, les mâchoires serrées et les yeux humides. Quand de cette attitude basse, lourde et fumante a jailli la conviction ancrée que je pouvais me sentir triste sans me sentir petite et que mes choix douloureux me porteraient nécessairement vers des personnes qui partageront vraiment ma vision de la vie, de l’amour, du courage … mon #cheval Val est arrivé tout près de moi comme pour me dire un « ah te revoilà enfin », … une gratouille de bienvenue passée, il m’a fait faire une rotation face au soleil et nous avons marché côte à côte avant de galoper ensemble.

Val ne me permet ce genre d’honneur qu’à la condition que je sois en pleine possession de ma #puissance #personnelle et de ma #cohérence entre ce que je pense et ce que je réalise concrètement dans ma vie.

En m’acceptant totalement à cet instant, il me permet de comprendre que mes choix sont alignés aussi difficiles ou inconfortables qu’ils puissent être.

Quand on vit des moments sombres, les interactions avec les chevaux permettent de renouer avec une #acceptation totale, un #amour #inconditionnel, une boussole qui permet de vérifier si et quand nous sommes vraiment alignés avec notre #moi #authentique et/ou plus élevé.

L’ #hypersensibilité , les attentes, la déception, les scénarios d’anticipation négatifs ou trop optimistes… capter au-delà des mots, craindre avant même d’expérimenter, chuter, se relever dans le vertige du décalage ou de la réalité plate.

Cette semaine est une semaine d’essorage pour moi, pour certains de mes amis et pour mes coachees aussi.

C’est l’excès. L’excès d’ émotions , l’excès de sensibilité et pour beaucoup de la tristesse de devoir lâcher le #rêve pour se confronter à la #matière qui se vêt parfois d’une lourde vacuité (l’image est certes absurde mais elle me plait beaucoup) quand on cherche ailleurs ce qui est déjà présent en soi.

Et dans ces moments là – sur lesquels il est essentiel de communiquer aussi pour moi : que fait-on quand tout semble contredire nos projets ? – j’ai beaucoup de gratitude envers la vie et envers mon choix d’avoir deux merveilleux #chevaux et de faire de l’ #équicoaching.

Un instant de #reconnexion réelle avec eux, en #méditant en #pleine #conscience permet de se recentrer en quelques minutes, de retrouver de la sérénité et de savoir que dans cet état-là et dans la seule temporalité qui vaille le coup de s’y attarder, le tout est pleinement atteint dans le rien, le message est intégré et à cet instant précis où cela redevient fluide, un cheval vient se coller à nous comme pour confirmer qu’il était temps de lâcher le mental.

Cette expérience c’est mon expérience du jour juste avant un coaching avec Val, l’un des mes chevaux. On peut être #coach ou en travail sur soi, ce travail est continu et quotidien.

Ce genre d’expérience vous est accessible en séance d’équi-coaching individuelle ou en groupe lors d’un de mes ateliers. Il y aura d’ailleurs un atelier « reconnexion » qui sera organisé avec Passerelle vers le monde animal fin juillet.

Prenez soin de vous et de vos émotions.

Diana

Je m’invente tout le jour dit le texte.

S’inventer, inventer l’autre avec ou sans invitation n’est-ce pas ce que nous faisons tous? Vaine tendance qui condamne inévitablement à la souffrance qu’est la projection, le transfert, le besoin de trouver chez l’autre le moyen de combler, de réparer quelque chose chez nous.

Inventons-nous le jour peut-être, mais transmutons nos projections dans la nuit, dans l’ombre de nos blessures.

Les blessures émotionnelles ont le don de nous toucher de plein fouet dans des situations où nous nous sentons singulièrement le plus vulnérables, comme dans les relations amoureuses.

Alors qu’on baisse un peu garde, c’est parfois un masque ou une posture qui prend le relais et qui nous catapulte directement dans nos réflexes, nos zones de peur, nos mécanismes de défense.

Vous devez dealer régulièrement avec un sentiment d’abandon, de dépendance affective, de rejet, de trahison? Vous avez alors des réflexes bien ancrés et il y a peut-être quelque chose à creuser du côté de vos blessures.

Les chevaux permettent de faire tomber les masques.

Prendre rendez-vous.

Troupeau de zèbres, courant ensembles, à bonne distance et interconnectés. Je poste cette photo car elle a accroché mon regard, alors que je repensais à une séance de coaching d’hier où la personne avait peur de se reconnecter à son ressenti qu’elle qualifiait de « trop » « fort » « incontrôlable » « submergeant » « exagéré » ,…
Cela fait maintenant trois ans que je bosse selon des modalités qui conviennent à ma nature profonde. Indépendante, dans la nature, au contact de l’humain et du sens. Je respecte davantage mes besoins en devenant petit à petit d’avantage moi-même et en laissant l’autre à sa juste place.
Trois ans aussi que je me permets précisément d’être à l’écoute de mon intuition, de mon ressenti. Comme pour ma coachée d’hier, ce qui était carrément flippant pour moi car trop intense et disons-le franchement pas toujours agréable, est devenu ma force dans mon boulot, mais aussi dans mon rapport au monde.
Cela me permet de gagner du temps, de cerner vite et de prendre la responsabilité d’agir même si cela contredit mes envies de départ. C’est souvent sur ce dernier point que ça coince pour moi. Parce que j’ai beau avoir de l’intuition, j’ai beaucoup de rêves aussi sur la vie, le monde, le monde du travail, les rapports humains, les valeurs, l’amour.
Que fait-on d’une info qu’on capte au-delà des mots, quand l’œil scanne le détail qui tue – l’amour, l’engagement, la motivation – dans une posture, une phrase, l’atmosphère d’une photo et quand ça ne va pas un sens positif pour nous? Je ne parle pas de paranoïa, mais bien de l’intuition; de ce que l’on sait parce que nos capacités cognitives, notre ressenti et nos tripes nous indiquent en même temps que ça va être soit l’éclate, soit l’enfer sur Terre.
Le truc qui submerge en mode alerte, parfois en dépit du bon sens, auquel on dit ou on se dit par conditionnement « mais non, tu exagère » « impossible » « ce ne peut pas être ça » … qu’on ne suit pas et qui nous vaudra après coup un « je le savais ».
Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Il m’a fallu passer par une claque monumentale au niveau privé et une formation en développement personnel facilité par le cheval pour me réveiller à une vie que je ne vivais plus qu’à moitié car complètement coupée de mes émotions et de ce ressenti.
Ce qui est désagréable et remuant et est en même temps la clé du renouveau et de l’action appropriée. Et face à un cheval, ses 500 kg et ses neurones miroir notre ressenti ressort sans filtre, sans temporisation, sans (excès de) mental, même chez les cœurs les plus fermés ou blessés.
« Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension ». Carl Gustav Jung

La mode se démode, le style jamais. Coco Chanel

Alors que je m’apprêtais à communiquer sur le charisme et le coaching en image, j’ouvre machinalement mon téléphone à la recherche d’une photo. Or, je les avais transférées sur mon ordi. Il n’en restait cependant plus qu’une, celle-ci. Elle ne pouvait pas mieux tomber.

img_1488

Si je vous disais que cette photo a de la puissance pour moi, parce que je me trouve dans ma prairie avec mes chevaux et qu’à cet endroit précis de la Terre et avec eux, je me sens la plus présente à moi et au Monde …

Si je vous disais que cette photo reflète certaines parts de qui je suis au fond de moi … Sans filtre, brute, essentielle et que sans me perdre dans des considérations esthétiques, je me trouve belle dans cette vérité… la mienne.

Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris. Oscar Wilde

Si je vous disais encore que pour développer votre charisme, votre touche personnelle, il faut vous connaître sans vous mentir ni vous diminuer … et qu’une fois ce dialogue rétabli avec vous-même, il vous est possible d’incarner pleinement qui vous êtes dans vos valeurs, vos permissions, votre style de vie et même votre look.

Qu’en diriez-vous? Qu’oseriez-vous alors?

Incarner une image de Soi authentique

Après une année de réflexion et de com perso, colorée et originale qui est venue l’air de rien réveiller et nourrir un attrait pour l’image, la créativité, la couleur, la contemplation, j’ai eu la certitude et l’envie de proposer en tant que tel du coaching en image de soi, pour permettre à tout un chacun de s’affirmer jusqu’au bout de ses ongles dans ce qu’il a de plus authentique au fond de lui.

Ce n’est pas qu’une question d’apparence ni d’extérieur. Nos vêtements sont le reflet de notre personnalité et vous vous souviendrez sûrement avec effroi ou colère des horreurs inadaptées à votre personne qu’on vous a forcé à porter enfant, ou d’un uniforme, d’un code vestimentaire (auto)proclamé à l’école, au sein d’une famille, d’un travail.

Pour ma part, je m’en souviens bien, tout comme je me souviens aussi de la bouffée d’oxygène quand adolescente, j’ai pu commencer à porter à l’extérieur ce qui m’animait de l’intérieur.

Je me souviens aussi que par moment j’ai eu le besoin de me conformer à des standards qui n’étaient pas les miens, que je me suis bien plantée et qu’on se fait tous à un moment donné piéger par une mauvaise estime de soi…  présente entre les lignes de ceux qui prétendent qu’on ne peut se permettre d’être singulier qu’à la hauteur de la reconnaissance sociale qu’on veut bien nous accorder …  C’est dire s’il y a matière à s’affranchir du regard de l’autre et à virer pour de bon notre conditionnement.

Charisme et Cheval

Par ailleurs, je me souviens également que les périodes les plus abondantes de ma vie étaient également celles où l’extérieur vibrait la même énergie que l’intérieur.

La nécessaire connaissance de soi, l’authenticité et la cohérence entre qui nous sommes et la manière de l’exprimer à l’extérieur, sont cruciales pour développer notre charisme et sont à la base du développement personnel avec les chevaux.

Grâce aux chevaux, je peux travailler instantanément avec vous sur votre mental, vos croyances, vos peurs, votre état émotionnel et votre inconscient dans des itinéraires personnalisés et centrés sur vous, votre énergie et votre image:

  • Déterminer vos atouts
  • Aligner le corps, le cœur et l’esprit
  • Identifier et dépasser vos croyances limitantes concernant votre estime de vous, votre physique, votre potentiel
  • Lâcher vos peurs et dépasser vos blocages
  • Développer votre confiance en vous

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Le cheval miroir, se développer grâce au cheval, ça vous parle?

Au commencement d’un nouveau chapitre de sa vie, d’un projet, il devrait y avoir un cheval.

Pas nécessairement pour en devenir propriétaire, mais pour recevoir un feed-back instantané sans jugement ni attente sur nos projets du moment. Autrement dit, savoir avec exactitude où nous en sommes, où nous voulons aller et bien nous diriger pour la suite.

Nous voulons tous être alignés, sentir ces instants rares de « flow », de fluidité, d’être portés vers ce qui nous convient et nous ressemble vraiment. Ce qui est particulièrement compliqué en moment de stress ou de frustration.

Quel rapport avec le cheval ? Un accès facilité à qui nous sommes sur le plan mental, émotionnel, inconscient.

Pour comprendre comment ça marche et même pour prendre un rdv c’est par ici :

https://kaleidhorsecoop.wordpress.com/equi-coaching-2/

J’ai posté la semaine dernière sur les réseaux sociaux des références au « shirin yoku » ou bains de nature pratiqués au Japon (en savoir plus). Marcher en conscience dans une forêt, un parc ou tout lieu qui permet de se connecter en silence et sans smartphone à la nature, permet de réduire le stress et l’anxiété. Les bienfaits de cette pratique sont reconnus et même encouragés par les autorités publiques au Japon.

C’est une évidence qui est au moins aussi évidente que le fait que nous ne sommes pas faits physiologiquement ni psychologiquement pour nous sentir bien et épanouis en restant assis quelques huit heures par jour sur une chaise, à un bureau, ou dans la délicieuse promiscuité d’un open space et à programmer, organiser notre temps selon des séquences artificielles basées sur la gestion du temps et de la manière de s’organiser de notre « hiérarchie ».

La rigidité est souvent de mise et probablement liée au fait qu’on retrouve généralement le même type de profil aux commandes ou au recrutement; ce type de profil très orienté planning et résultats comme gage de réussite.

Sauf que … la vie est multiple (les profils et les potentiels aussi) et la vie est changement perpétuel; y compris dans l’entreprise et elle nous demande d’innover en permanence, d’être créatif pour survivre et se déployer. D’autres profils, d’autres visions et d’autres manières de faire sont donc nécessaires.

Cela fait quatre ans que je travaille avec les chevaux et que ceux-ci m’accompagnent dans des processus de facilitation, dans des ateliers, dans des séances de coaching en développement personnel. La nature est archi présente et est l’un des « plus » de mes accompagnements.

En effet, on retourne à soi, à sa nature profonde. On améliore ses compétences en leadership ou de gestion de l’imprévu face à un être vivant de 500 kg qu’on va devoir convaincre non par nos mots, mais par notre posture, notre résilience, notre congruence.

On s’ancre de manière instantanée au présent en reprenant conscience de nos sens, de nos ressentis, de ce qui se passe dans nos tripes et on lâche enfin le mental et son lot de peurs et de croyances et on secoue la brume de nos paupières. On est là, vivant et actif!

C’est donc une expérience de reconnexion profonde, qui secoue la fourmilière de nos habitudes, qui ôte les masques et qui nous réaligne à qui nous sommes et à ce que l’on souhaite expérimenter ici bas.

Travailler avec les chevaux ou participer à une séance avec les chevaux permet donc un lien instantané avec notre nature. Est-ce à dire qu’il vous faudrait absolument voir des chevaux une fois par semaine pour vous sentir bien? Non, évidemment, même si mes affaires s’en porteraient à merveille.

Confer le shirin yoku, la nature peut malgré tout être présente dans une vie strictement citadine. Prenez le temps, autorisez-vous à prendre un break et à innover dans votre manière de travailler.

Avant d’être équi-coach, j’effectuais effectivement du travail essentiellement en ville et en bureau. J’avais toutefois beaucoup de réunions en différents lieux. J’ai été effectivement conseillère, consultante, directrice,… Ces sont des fonctions où les déplacements ont heureusement toujours été fréquents. Je les effectuais majoritairement à pied, en passant au maximum par des parcs, avec de la musique à fond dans les oreilles (on repassera donc le « sans smartphone » pour moi) et en revoyant ou en créant à partir de la somme d’infos précédemment collectées, les points essentiels de mon futur argumentaire ou de mes présentations à chaque pas posé au sol, … avant de franchir la porte d’entrée des instances d’avis ou de mes clients; boostée et calme à la fois.

Cette manière de procéder qui pourrait être considérée comme peu conventionnelle, est un processus créatif intense dans le cadre duquel la marche, la concentration, la réflexion et l’enchaînement d’idées qui fusent avec la marche en pleine nature sont les bases de ma manière de travailler et c’est vraiment ainsi que j’obtiens du résultat.

Si je devais être contrainte à travailler autrement et selon des méthodes de planning et d’organisation qui heurtent la manière dont se structure ma pensée, je n’obtiendrais que des résultats médiocres.

Quand je suis dans ce processus, je suis dans mon flow, archi connectée et préparée en n’ayant à la base en tête que des lignes directrices. Le détail se crée en mouvement, à l’écoute de l’instant, de moi (et de ma mission) et des autres.

Ca vous parle? Contactez-moi pour en discuter.

Développement Personnel

Inspiration

Tout vouloir tout de suite, diriger entièrement son attention sur un résultat que l’on souhaite atteindre sans intégrer que pour y arriver, il faut sortir de ses habitudes, de ses croyances et faire autrement petit à petit sans s’auto-flageller au passage,.. est un grand classique chez soi, au travail et parfois aussi en séance de coaching.

Vous avez peut-être déjà fait de longs voyages en avion ou en train. C’étaient en soi déjà des aventures, n’est-ce pas ?

L’une de mes amies est par exemple en ce moment en voyage vers l’Asie et poste les étapes de celui-ci. Elle kiffe le voyage. On kiffe tout autant à lire sa progression. Pourtant, elle n’est pas encore arrivée et à son arrivée d’autres étapes l’attendent. C’est la magie d’aller vers l’inconnu le cœur ouvert et confiant en soi et dans le processus.

Et si nous faisions de même dans n’importe quel contexte?

Profitons du voyage, il est tout autant intéressant que la destination.