Faire tomber le masque

Je m’invente tout le jour dit le texte.

S’inventer, inventer l’autre avec ou sans invitation n’est-ce pas ce que nous faisons tous? Vaine tendance qui condamne inévitablement à la souffrance qu’est la projection, le transfert, le besoin de trouver chez l’autre le moyen de combler, de réparer quelque chose chez nous.

Inventons-nous le jour peut-être, mais transmutons nos projections dans la nuit, dans l’ombre de nos blessures.

Les blessures émotionnelles ont le don de nous toucher de plein fouet dans des situations où nous nous sentons singulièrement le plus vulnérables, comme dans les relations amoureuses.

Alors qu’on baisse un peu garde, c’est parfois un masque ou une posture qui prend le relais et qui nous catapulte directement dans nos réflexes, nos zones de peur, nos mécanismes de défense.

Vous devez dealer régulièrement avec un sentiment d’abandon, de dépendance affective, de rejet, de trahison? Vous avez alors des réflexes bien ancrés et il y a peut-être quelque chose à creuser du côté de vos blessures.

Les chevaux permettent de faire tomber les masques.

Prendre rendez-vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :